Réseaux Sociaux/Usage Privé

Snap peine à vendre ses lunettes connectées

Près de 10 % des pertes du troisième trimestre sont imputables à l’échec des lunettes connectées Spectacles.

Par la voix de son patron, Snap se vantait, début octobre, d’avoir vendu 150.000 exemplaires de ses lunettes connectées Spectacles. Mais Evan Spiegel ne disait pas qu’il lui en restait le double sur les bras.

Le fondateur de Snapchat, a encore beaucoup à apprendre dans la vente de matériel high-tech. Au troisième trimestre 2017, son groupe a enregistré 39,9 millions de dollars de pertes en raison d’une surestimation des stocks disponibles par rapport à la demande réelle. Cela représente près de 10 % des pertes nettes totales sur la période pour la société entrée en Bourse il y a moins d’un an  et qui peine aussi à recruter de nouveaux utilisateurs.

Des lunettes pour publier des photos sur Snapchat

Les ventes de Spectacles semblent avoir dégringolé. Au premier trimestre 2017, la catégorie « autre revenu », qui inclut principalement l’activité liée aux Spectacles, avait rapporté 8 millions de dollars à Snap. Au troisième trimestre, elle n’engrange que 1 million de dollars.

Commercialisées depuis septembre 2016, les paires de lunettes colorées de Snap permettent de prendre une photo ou d’enregistrer une vidéo puis de la publier directement sur Snapchat. D’abord distribuées confidentiellement via des machines automatiques éphémères, les Spectacles sont disponibles sur Amazon depuis juillet dernier.  En France, les ventes ont démarré cet été .

Dix jours avec les lunettes de soleil connectées de Snap, Spectacles.

Ces déboires pour Snapchat pointent un nouvel échec des entreprises technologiques dans le domaine de l’optique connectée. Vendues 130 dollars aux Etats-Unis, les Spectacles sont beaucoup moins sophistiquées mais dix fois moins chères que les Google Glass, les lunettes en réalité augmentée imaginées par Alphabet.

Pensée comme un prototype, une première version grand public des lunettes Google avait été abandonnée après des ventes elles aussi limitées – quelques milliers, d’après une étude de Business Insider.  Le géant californien tente maintenant de relancer le concept auprès des entreprises .

Snap persiste dans le matériel

De son côté, Snap ne se démonte pas et voit à long terme.  D’après The Information , l’entreprise a certes demandé à certains ingénieurs spécialistes de l’électronique, embauchés à prix d’or, de poursuivre leur route ailleurs. Mais les 150 ingénieurs restants travailleraient toujours sur des projets de lunettes à réalité augmentée et de drones.

« Notre vision est que le matériel va devenir important pour l’expérience de nos consommateurs, peut-être dans dix ans », déclarait Evan Spiegel lors d’une conférence organisée par le magazine « Vanity Fair » début octobre. Il se rassure en déclarant avoir vendu plus de Spectacles qu’Apple n’a vendu d’iPod la première année de commercialisation de son baladeur numérique.

https://www.lesechos.fr/2017/11/snap-peine-a-vendre-ses-lunettes-connectees-186422

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s