Start-up. Les lunettes connectées lient Ticatag et l’opticien Atol

Le lunetier Atol a présenté lundi à Emmanuel Macron ses lunettes connectées grâce à la technologie de la start-up lannionnaise.

Atol-et-Ticatag-Lunettes-Connectées

Atol a relocalisé sa production de montures en France. Lundi, le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, a choisi de visiter l’usine Atol, implantée à Beaune (Côte-d’Or), pour ouvrir la Semaine de l’industrie. Le clou de la visite était la présentation des lunettes connectées d’Atol (Association des techniciens en optique et lunetterie). C’est là qu’apparaît la start-up lannionnaise Ticatag.

Objets connectés

Ticatag s’est faite connaître avec son système qui permet de retrouver son porte-clef (ou tout autre objet) grâce à son smartphone. À la Cité des Télécoms de Pleumeur-Bodou, cette société a développé des bornes qui permettent une visite plus vivante : les bornes envoient vidéos et documents vers les smartphones. La technologie, basée sur le bluetooth, a intéressé Atol qui a créé les premières lunettes connectées, baptisées Téou. Si vous les égarez, votre smartphone peut les géolocaliser.

Lundi, le ministre de l’Économie a présenté les Téou comme « les premières lunettes connectées grand public du monde », sur son compte Twitter. Pour la petite histoire, il avait découvert le prototype à l’occasion du Consumer electronic show de Las Vegas, en janvier dernier.

Un marché national

Les branches de ces lunettes Téou comprennent une carte électronique qui a été fabriquée par une autre entreprise lannionnaise : Europrocess. Atoll a déjà commandé deux fois 6 000 cartes électroniques, une production qui a mobilisé 20 à 30 personnes pendant trois semaines.

La recharge des batteries des Téou se fait par induction en déposant les lunettes dans leur étui. Ces binocles high-tech sont proposées pour moins de 200 €. Elles pèsent 30 à 35 grammes .

Fondé en 1970, Atol est la 4e enseigne du marché en France. Elle est gérée sous forme de groupement coopératif (390 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2014). Pour Ticatag et Europrocess, le goût de l’innovation du lunetier leur permet de toucher un marché national.

Ronan LE TELLEC.

Article ouestfrance.entreprises.fr. Le 2 avril 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s