Santé/Usage Privé

Lunettes connectées pour malvoyants : « ces lunettes sont une pépite »

Caroline Pilastre, consultante engagée sur le handicap visuel, ambassadrice France de la marque OrCam, chroniqueuse à Sud Radio, était interviewée dans « le coup de fil du matin » sur Sud Radio le 10 septembre. « Le coup de fil du matin » est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Caroline Pilastre, consultante engagée sur le handicap visuel, est malvoyante depuis l’âge de 13 ans. La chroniqueuse de Sud Radio est également ambassadrice pour la France de la marque OrCam.

Deux millions de malvoyants en France

« C’est quasiment une révolution, cela permet de voir et de lire, explique Caroline Pilastre. J’ai eu la chance de partir à Barcelone, avant la Covid, pour participer à un événement top secret. Je ne savais pas que j’allais rencontrer le « Messi » ! Tout était codifié, minuté avec une horde de journalistes internationaux. »

Qu’est-ce que ces lunettes ont de particulier ? « Ce sont des lunettes qui permettent, en pointant du doigt, de lire n’importe quel support auditivement. Des appareillages spécialisés existent pour malvoyants et aveugles. Nous sommes deux millions en France, et essentiellement, nous lisons avec nos oreilles. Les utilisateurs du braille représentent uniquement 3% de la population, ce n’est pas la majorité. Le reste du temps, tout est soit très grossi, soit auditif. Nous utilisons des synthèses vocales. »

Intelligence artificielle intégrée

« Ces lunettes sont une pépite de technologie, s’exclame Caroline Pilastre. La paire de lunettes est totalement classique, mais il y a ce petit produit qui se fixe sur la branche. Je pointe du doigt même sans voir où c’est précisément, et cela me le lit. Vous pouvez l’utiliser pour la lecture d’un livre, et cela existe dans toutes les langues. » Qu’il s’agisse de faire ses courses ou de décrypter un panneau, tout est de nouveau possible.

 » Ce qui vous manque le plus au quotidien, c’est l’autonomie. La révolution pour moi a été de lire un menu seule sans être accompagnée d’un proche. C’est extrêmement discret. D’ordinaire, nous utilisons des loupes électroniques et des agrandisseurs. En termes d’Intelligence Artificielle, c’est une véritable innovation. Je les ai dans mon sac, je peux prendre les lunettes et avoir un retour auditif. Cela intègre aussi une reconnaissance faciale. » Et côté coût ? « C’est onéreux, cela vaut 4.000 à 5.000 euros. C’est remboursé pour une toute petite partie par la sécurité sociale, une autre est prise en charge par la maison du handicap. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s